Ça suffit les gobelets biodégradables ! Mais pourquoi... ?

2020, nouvelle décennie et donc toujours plus d’innovations dans notre société. Il est aujourd’hui facile de se perdre dans la multitude de choix de récipients et d’emballages à notre portée. Par exemple, si on veut prendre un café, mieux vaut-il utiliser un gobelet en plastique, en carton, biodégradable, ou un gobelet réutilisable ? Comment fait-on pour évaluer tout ça et surtout qu’en pense notre chère planète bleue ?

 
Plast’if vous en parle dans cet article du mois. Et l’analyse de cycle de vie est la manière la plus simple de vous l’expliquer. C’est THE méthode incontournable d’évaluation environnementale.

L’impact de l’être humain sur notre planète est très complexe à caractériser, car il est multiple, influencé par énormément de paramètres, et tous ces impacts interagissent entre eux !

Plusieurs méthodes peuvent donc être utilisées pour mesurer ces impacts. Tout d’abord, il existe une méthode plutôt connu maintenant que l’on appelle la méthode du bilan carbone, qui permet de mesurer la quantité d’émissions de CO2 d’un quelconque processus, permettant donc facilement de mesurer la contribution que ce processus apporte au changement climatique.

Cependant, cette méthode ne nous dit rien sur ses autres potentiels impacts. Par exemple, comment cela affecte la biodiversité, si cela réduit le nombre d’espèces animales et/ou végétales etc.
 
Ainsi, pour pallier cette limitation, la méthode de l’analyse du cycle de vie (ACV) fut créée ! Cette méthode permet de faire le bilan environnemental d’un produit ou service sur l’ensemble de son cycle de vie. Elle est aussi une approche dite multi-critères, car elle tient compte de plusieurs impacts, que le produit ou service étudié peut avoir, tels que (concentrez-vous bien) :
 
• l’épuisement des matières premières
• le changement climatique
• la détérioration de la couche d’ozone
• la toxicité pour les milieux humains, aquatiques
et terrestres
• Les effets cancérigènes et non-cancérigènes sur la santé humaine
• l’acidification des milieux terrestres et aquatiques
 

Maintenant que “THE” méthode vous a été expliquée, pourquoi ne pas revenir à nos moutons et répondre à notre question de base qui était : Doit-on préférer le gobelet en carton, en plastique, biodégradable ou réutilisable ?

Alors, à vous de jouer, vous avez deux heures.
 
 
Et non, petite blague, car malheureusement réaliser une ACV n’est pas une mince affaire, elle demande de prendre en compte des données complexes et les habitudes de consommation, faire appel à de multiples spécialistes afin de s’assurer que les données sont fiables, créer des scénarios d’usage, faire la somme des impacts de l’extraction des matières (du pétrole pour le plastique, par exemple) à la fin de vie des gobelets… Heureusement, le gentil bureau d’étude, Mountain Riders, a déjà fait ce travail, validé par l’ADEME, et nous vous offrons donc gentiment les résultats ici.
 
Cette étude a comparé quatre types de gobelets : les gobelets jetables en carton, les gobelets jetables en plastique (PET), les gobelets réutilisables (PP) et les gobelets en plastique biodégradable (PLA). Elle a pris en compte quatre indicateurs principaux : les émissions GES (Gaz à effet de serre), la consommation d’eau, la consommation d’énergie et la toxicité aquatique. 
Alors voilà, nous vous offrons les résultats et en plus, nous les avons analysés pour vous parce qu’on est plutôt sympa quand même. Voici donc les principaux résultats qui en ressortent :
 
– Les gobelets réutilisables sont les premiers de la classe en tout sauf en termes de consommation d’eau, nécessitant d’être nettoyés régulièrement. Ils sont, de manière générale, le meilleur choix, mais il faut maîtriser leur logistique et usage, surtout dans un cadre événementiel. 
 
– Les gobelets biodégradables sont, quant à eux, les derniers de la classe dans toutes les catégories, ce qui ne devrait pas vous surprendre, si vous avez lu notre article sur le sujet 🙂
 
– Restent les gobelets carton et plastique. Surprise, le gobelet plastique l’emporte sur tous les plans, sauf au niveau de la consommation d’énergie, ce qui est sans doute dû au fait que les gobelets carton comportent une pellicule de PLA, afin d’assurer leur étancheité.
Donc ça y est, vous savez tout ! Alors, si à la prochaine pause café, votre collègue écolo arrive et critique votre gobelet en plastique et se vente de son gobelet biodégradable, malheureusement (et même si ça sonne vraiment contradictoire et vraiment illogique), vous pourrez lui dire que ce n’est pas lui en position de force…
 
Mais maintenant que vous savez lequel est le premier de la classe, prenez votre tasse ou votre éco-cup plutôt que votre gobelet en plastique, c’est encore mieux ! (mais attention, molo sur l’eau et le savon :))
 

 

Une démo ?

On vous envoie toutes les informations par mail*

* Merci de vérifiez vos spams.

Yessss !

On est super content de vous voir rejoindre notre mouv.ement comme ambassadeur

On vous envoie toutes les informations par mail*

* Merci de vérifiez vos spams.

On vous tient vite au courant