Bio-sourcé, biodégradable, compostable... De quoi parle t-on ?

Bouteilles d’eau, gobelets, touillettes, coton-tiges… Tous ces plastiques font beaucoup polémique en ce moment car ils sont si mauvais pour la planète que personne (et notamment Greta Thunberg) ne comprend pourquoi ils sont encore présents dans nos vies…
 
Alors, pourquoi ne pas tout simplement arrêter leur production et trouver des matières substituables au plastique ? Oui, c’est le plan ! Mais quels sont ces nouveaux plastiques ? Sont-ils vraiment sans danger pour notre planète ?
 
L’objectif de cet article est donc de vous présenter les “nouveaux” plastiques, et particulièrement vous parlez de leur fin de vie, afin de comprendre que la société d’aujourd’hui fait tout de même un minimum d’efforts (que l’on ne voit pas forcément je vous l’accorde) pour changer cette production de plastique incontrôlable…
Il existe en effet de multiples types de plastiques comme abordé précédemment, et pour la majorité des communes françaises, seulement deux d’entres eux sont gérés par les services de recyclage urbains : ce sont le PET et le PEHD, ce qui concerne donc uniquement les bouteilles et les bouchons (bouteilles d’eau, flacons de liquide vaisselle, shampoings…).
 
Mais malheureusement, d’autres objets en plastique existent, particulièrement dans l’alimentaire, tels que les couverts, les barquettes, les couvercles, les sachets…, ceux-ci sont soit enfouis soit incinérés.

 

Ces plastiques, qui sont susceptibles de terminer dans la nature, sont dangereux pour la biodiversité de notre planète, notamment car ils mettent des centaines d’années à se dégrader.

Afin de s’attaquer à ce problème, les plasturgistes ont choisi de fabriquer des plastiques dits biosourcés, biodégradables et/ou compostables. Ces trois termes désignent des caractéristiques différentes, bien qu’il existe aussi le terme “bioplastique” qui peut désigner les plastiques biosourcés, biodégradables, ou les deux (et là, on vous a perdu… désolée, on n’est pas aussi forts que Fred et Jamy…).

Alors reprenons un peu plus clairement :
Le terme biosourcé veut dire qu’il a été produit, au moins partiellement, à base de ressources renouvelables, telles que l’amidon de maïs pour fabriquer du PLA (Acide polylactique, très utilisé dans l’impression 3D). Le terme biodégradable désigne tout plastique qui peut se décomposer en une durée de temps relativement réduite, en composés inoffensifs pour l’environnement, comme l’eau. Donc tous les plastiques biosourcés ne sont pas biodégradables, et vice-versa. 
Les plastiques compostables, quant à eux, se dégradent en compost.

 

À première vue, ces plastiques représentent une bonne solution, pour sauver nos océans de se noyer dans le plastique, pour éviter que les tortues se retrouvent avec une paille dans le nez ou meurent parce qu’elles ont confondu un sac plastique et une méduse… Alors oui, ça serait top si ces plastiques étaient THE solution, mais malheureusement, ils possèdent des défauts qui ont été vivement critiqués par la Fédération Européenne des Activités de la Dépollution et de l’Environnement

Les plastiques bio-sourcés sont fabriqués, au moins en partie, à partir de ressources renouvelables d’origine alimentaire, ce qui peut donc avoir une incidence négative sur la production alimentaire. Par exemple, 1 kg de PLA nécessite 2.65 kg de maïs pour être produit… 
 
Ensuite, ces termes entretiennent l’idée reçue chez les consommateurs, que ces plastiques peuvent être jetés dans la nature sans problème, se “dégradant rapidement sans laisser de trace”. Or, les plastiques biodégradables ne se dégradent souvent qu’après plusieurs mois, et dans des conditions spécifiques. Alors pourquoi ne pas garder vos bonnes habitudes et jeter vos déchets dans les poubelles attribuées 🙂

Quant aux plastiques compostables, seule une minorité peut être transformée dans le compost de votre jardin ; la majorité de ces plastiques est conçue pour être traitée chez des composteurs industriels, y compris le PLA.

Alors, certes il y a des légers problèmes à ces nouveaux plastiques, mais ils représentent déjà de bonnes avancées dans la gestion de fin de vie des plastiques, et il existe aussi des solutions… et vous y avez votre rôle à jouer !
 
Les plastiques biodégradables, bien que se dégradant en composés inoffensifs pour l’environnement, restent tout de même des plastiques jetables, et afin d’aller vers un mode de vie Zéro Déchet, nous devons exiger des matières recyclables ou réutilisables, car l’usage unique du plastique reste l’ennemi n°1. Alors pourquoi ne pas favoriser le vrac, les friperies ou les produits recyclables ? 🙂
 
Se transformant en compost, les plastiques compostables peuvent constituer un bon outil pour la transition de notre économie linéaire vers une économie circulaire, mais des infrastructures solides doivent être mises en place afin d’assurer leur traitement correct.
 
Alors encore une fois, on est sur la bonne route, “vert” le monde plus vert ! Et n’oubliez pas …

Une démo ?

On vous envoie toutes les informations par mail*

* Merci de vérifiez vos spams.

Bienvenue

dans l'expérience plast'if

* Merci de vérifiez vos spams.

Yessss !

On est super content de vous voir rejoindre notre mouv.ement comme ambassadeur

On vous envoie toutes les informations par mail*

* Merci de vérifiez vos spams.

On vous tient vite au courant